lundi 30 juillet 2012

délicieux BENTO... Des petits animaux rigolos, des garçons et des filles souriants...

Un bouquin, un livre, une bible...

D'abord le contexte : fan de bento qui ne s'est pas encore lancée vraiment (moi), je reçois (pour mon pot de départ) de la part de mes collègues grâce à l'idée d'une en particulier (j'la cite pour la faire rougir un peu : Caroline - de son vrai nom - Princesse Peach pour mouah) ce magnifique livre, recueil d'idées, plein de couleur et de bento plus alléchants les uns que les autres...

Ecrit par deux japonaises, blogueuses émérites http://www.aibento.net, http://www.cuteobento.com: Crystal WATANABE et Maki OGAWA, elles partagent avec nous leurs plaisirs d'enfants et leurs recettes ..... "secrètes". Pleins de trucs et astuces (faire un oeuf poussin, colorer son riz,...), ce bouquin en met pleins les yeux...




12€50, pas cher, et dans toutes les bonnes livrairies + fnac, internet,...


Ce livre est divisé en 5 parties, en tout 55 bento :

Une introduction expliquant ce qu'est le bento, le principe, les quantités, les accessoires utiles, les ingrédients utilisables.

La partie : Joyeux personnage : 19 bento différents représentant le plus souvent des ptites bêtes (ourson, chenille, poussins,...).
La partie : Petits bento de contes de fées : le petit chaperon rouge, Alice au pays des merveilles en 17 bento tous magnifiques et magiques.

La partie : Friandises pour journée spéciale : qui regroupe 19 bento pour de belles occasions : vacances, noël, anniversaire, journée des garçons,...

Enfin la dernière partie donne des recettes complémentaires, des techniques de réalisation, un guide shopping, un lexique et un tableau de conversion.



Allez pour vous faire plaisir, j'vous mets une page type : 

Une ptite intro, les recettes essentielles pas à pas, des ptits trucs et astuces sur la page de droite, et celle de droite un titre, une photo, et le temps de préparation (aucun n'exède 30 minutes ou alors j'ai mal vu !).







Les + :Les recettes sont super simple à réalisée, pleins de photos magnifiques, d'idées, de techniques, le prix, ingrédients simples à trouver,...

Les - : 
Quantité prévu pour des enfants, c'est tout ce que j'vois...


J'espère vous avoir donné l'envie de l'acheter ou au moins de le feuilleter... De loin mon bouquin préféré !




samedi 28 juillet 2012

FRANCE 5 se met à la cuisine japonaise !

Saveurs d'Asie est une série de documentaires diffusée sur France 5, il y a quelques années et rediffusé cette année. Ces documentaires nous font saliver en nous montrant les différentes cuisines asiatiques : Taïwan, Corée, Chine,.... et bien sûr Japon (en abordant même les bento).

Aujourd'hui, j'ne vous présente, forcément que le Japon, même si les autres sujets sont aussi intéressants...
Tout ce dont vous avez rêvé de connaître sur l'art culinaire japonais : des sushi, des ramens, des bento...
Partez à la découverte d'une culture, dans laquelle la précision, le soin et la minutie tiennent une place prépondérante !

Voici le résumé, copié directement sur le site de FRANCE 5.

"LE RÉSUMÉ :
Le Japon est une terre de créativité et d'expérimentation où l'exigence de qualité se retrouve dans la nourriture : une obsession pour ce pays où la beauté est partout et où la cuisine est un art.
Ici, la nourriture est traitée avec ingéniosité et inventivité que ce soit dans la plus humble cuisine ou dans le plus grand restaurant, révélant l'esprit japonais, transformant l'ordinaire en extraordinaire. "

Pour ceux qui ont raté l'excellent reportage rediffusé ce mois-ci (19/07/2012)...

Voici la bande annonce (histoire de donner bien envie de regarder la reportage en intégralité !):

                       

Et voilà la ptite vidéo


Influencée par toutes les cuisines du monde, la cuisine japonaise est une cuisine jouissive, qui au delà d'être un moment de fête et de convivialité, contribue à un monde meilleur. Une cuisine en constante évolution qui grâce à sa beauté et à sa recherche de la perfection a fait de la gastronomie japonaise un art national connu dans le monde entier. Un reportage en 5 partie qui met l'accent sur ce perfectionnisme obsessionnel en nous faisant partager via l'écran la beauté et la fraîcheur des produits... On s'y croit presque entrain de déguster des plats qui font tous plus envie les uns que les autres...

Une 1ère partie sur le roi des mets : les sushi...
Les sushi sont la partie de la cuisine japonaise la plus connue et la plus reconnue dans le monde... Qui ne connait pas cette ptite boulettes de riz recouverte de poissons crus ? Ici on nous présente le marché aux poissons de Tsukiji, marché de la métropole de Tokyo où tous les plus grands restaurants viennent s'approvisionner. On entend la chanson des "enchéristes" qui achètent le poisson, surtout du thon rouge qui est et restera longtemps le roi des poissons...
On nous explique aussi que le sushi n'a pas toujours été ce qu'il est aujourd'hui et que la cuisine japonaise bien qu'emprunte de traditions sait se moderniser. Ainsi le sushi à l'origine (14ème siècle) était fait à base de poissons fermentés (seule possibilité de conservation à cette époque), il portait alors le nom de funazushi (le poisson cru est entassés dans le sel pendant un an, puis séché avant d'être consommé sur la boulette de riz).
Enfin, est abordé un thème recurrent tout au long du reportage : le kodawari. Ce terme est à lui tout seul la perfection... On choisi les meilleurs ingrédients, on les découpe de la façon la plus adéquate, en respectant l'aliment, et enfin on le présente et on le déguste en prenant son temps et le savourant.

La 2ème partie (12:30) met à l'honneur les ramen...
Nouilles importées à l'origine par la Chine, elle est aujourd'hui complète japonaise... Il existe en effet 80.000 restaurants à travers tout le pays. Il s'en consomme n'importe quand, n'importe où... En 1958, Momokuku Ando révolutionne les ramen. Né à Chiayi, dans la province de Taïwan alors que cette île fait encore partie de l’Empire japonais, il invente les nouilles instantanées. Depuis, les ramen sont consommées dans le monde entier ! Chaque pays les cuisine à son goût, on peut ainsi trouver des ramen à la bolognaise, mais aussi comme en Europe des ramen plus courtes qui s'adaptent parfaitement à nos cuillère à soupe. Les ramen sont même parties dans l'espace pour accompagner l'astronaute japonais qui a voyagé sur Discovery. Un chef américain qui a ouvert un resto au Japon, nous est aussi présenté...

La 3ème partie est celle qui nous intéressera le plus ici sur "http://mapassionbento.blogspot.fr" : les bento.
La partie la plus importante de ce 3ème volet traite des ekibento (ekiben) mais on entrevoit également les bento préparés par les mamans pour leurs enfants...
Les ekibento de eki (gare) et bah bento... ils portent bien leur nom : il s'agit des bento que l'on achète dans les gares pour les déguster dans les trains. Il est en vente en gare, sur les quais et à bord des trains longue distance et des shinkansen. L'ekiben est un plat individuel prêt à l'emploi généralement accompagné de riz, de légumes et de poisson, porc ou poulet mariné. Tous offrent des produits régionaux de qualité, cuisinés le jour même, pour un coût relativement bas : entre 700 et 1200 yen. L'ekiben se déguste généralement froid. Chaque ekiben est spécifique à une gare.

Parmi les centaines de variétés, il existe 3 ekiben particulièrement populaires :
1. Toge no kamameshi : ekiben servi dans un plat en faïence composé de poulet, de riz et de légumes (gare de yokokawa - ligne de Shin etsu)
2. Masu no sushi : Sushi de truites enroulés dans des feuilles de bambous et disposés dans une boite en bois de cèdre (gare de Toyama - ligne de Hokuriku)
3. Ika meshi : Calamar à la sauce aigre-douce garnie de riz
(gare de Mori - ligne de Hakodate )

Dans le reportage, il est bien expliqué que pour rejoindre Tokyo où ils travaillent, les salarymen passent parfois plusieurs heures dans les trains, aussi sont-ils contents de pouvoir déguster un bento, quand le train n'est pas trop bondé. En effet, le bento rend le trajet moins pénible. Certains voyageurs font même des détour pour passer par la gare que fait les meilleurs bento. Il y a du choix, ils sont diversifiés, équilibrés, appétissants, amusants, et sein.

Comme indiqué dans le reportage certains bento ont une signification plus profonde, le "bento de l'amour". Préparé à la maison, il montre l'affection de celui qui le prépare pour celui ou celle qui va le déguster. Souvent préparé par la maman pour ses enfants, le bento incarne la tendresse de la mère, il est le symbole de l'amour maternelle.

La 4ème partie s'attache au boeuf japonais, bête de concours mais surtout viande extraordinaire.
Cette partie commence par nous présenter un art tout particulier, celui des aliments en plastique. Au Japon, il y en a partout, dès qu'on se promène et qu'on passe devant un restaurant on en voit : ils représentent les plats à déguster ou servent de décoration... Toujours est-il qu'ils nous permettent à nous, étranger, ne parlant pas la langue, de montrer ce que l'on souhaite manger. Impressionnant de réalisme, ces objets en plastiques sont donc indissociable de la restauration au Japon, on y trouve des spaghetti pendus à une fourchette qui semble voler, des bento, des plats en sauce, des coupes de glaces... J'vais essayer de trouver une photo d'un de mes précédents voyages et la mettrait en fin de l'article. Certains collectionnent également ces objets...
Tout ça pour nous annoncer un sujet tout aussi important le boeuf Wagyu. Au dire du reportage (j'n'en ait jamais mangé), c'est une viande savoureuse alliant élégamment le gras et les fibres (un équilibre parfait). Cette viande, typiquement japonaise, n'est consommé que depuis le 19ème siècle date à laquelle la loi bouddhique qui interdisait aux japonais de consommer de la viande a été abolie.
En tout cas, les éleveurs sont fiers de nous montrer leurs bêtes. Ils prennent soin d'elles et les respectent qu'elles finissent à l’abattoir ou en bête de concours.
Magnifique, lavée, lustrée, peignée, coiffée, taillée, la bête est docile.

Enfin la 5ème partie nous présente la cuisine Kaizeki représenté ici par un chef (M. MURATA) qui excelle dans cet art et exerce à Kyoto.
Cette cuisine incarne la tradition zen... La vie est éphémère, en constante évolution et il faut en profiter chaque jour... Une sorte de CARPE DIEM ! LE chef cuisine en fonction de son  inspiration du moment avec des produits de saison ultra frais et cultivé à point. C'est un travail de titan, sa carte change entièrement tous les 15 jours pour s'adapter au plus près à la nature, aux saisons, aux produits disponibles. Toutes ces contraintes ne l'empêchent aucunement de créer des plats magnifiques et qui semblent délicieux.

Pour conclure, le reportage revient sur les moments forts. La cuisine japonaise célèbre la vie, et est le symbole du perfectionnisme absolu. Derrière chaque geste se cache une attention particulière dédiée à celui qui va déguster le plat. Cette cuisine à tout bêtement une âme.


Comme promis plus haut dans le post : photos de devantures de restaurants avec les fameux produits en plastique :



















mercredi 25 juillet 2012

Un fruit qu'on ne mettra pas dans un bento !

video

Pour goûter ces melons (ou plutôt ces lingots d'or), il faut avoir le compte en banque bien fourni...
Bichonnés, sélectionnés avec amour, les melons de Yubari sont certainement les fruits les plus chers du monde, avec des records de vente aux enchères atteignant parfois plusieurs dizaines de milliers d'euros la paire.
Retournés tous les jours pour ne pas s’abîmer, il n'y a pas d'autre secret de culture que la sélection et le fameux "pam pam" quand on tape dessus...

Calibrés, triés, avec un rendement très faible et très peu de terre cultivable, le fruit est un produit de luxe au Japon. Les fruits doivent correspondre aux critères de beauté très spécifiques des Japonais. En bref, au Japon, on jette tous les fruits moches, et ceux qu’on garde sont jolis et peu nombreux, donc chers. Un fruit, ça se découpe avec soin, ça se bichonne, ce sera un très joli dessert... Pas question de croquer une pomme dans la rue... le fruit se traite avec respect !

A 100€, ou même à 30€ en voilà un qu'on ne mettra pas dans un bento... et il ne sera pas non plus question de manger 5 fruits ou légumes par jour sinon aïe aïe aïe pour le porte-monnaie...

Avec le recul, j'me demande si j'en ai pas manger à nouvel an du melon de Yubari, fruit offert par des collègues de travail à nos hôtes pour leur souhaiter la bonne année... Ce qui expliquerait le cérémonial qui a entouré ce fruit... En tout cas, c'était une véritable tuerie, j'n'avais jamais mangé un melon aussi bon !

Juste pour situer : Yubari est une ville du nord du Japon (Hokkaido). Ville minière jusqu'en 1980, Yubari fait aujourd'hui faillite, les parc d'attraction et les musées sont à vendre... Reste que cette ville est connue pour son melon et son festival international du film fantastique.


mardi 24 juillet 2012

Connaissez-vous へのへのもへじ (Henohenomoheji) ?

Lors de la préparation des bento, il n'est pas rare de voir des visages dessinés à l'aide de nori sur des étoiles, des saucisses, des personnage ou des onigiri... Le plus souvent bouche et yeux mais aussi parfois nez et sourcils...

Pour être plus ingénieux (allez soyons fous), on peut aussi tenter les smiley que dessinent les écoliers japonais avant de les poser sur des épouvantails (faudra que j'essaye quand j'aurais un peu de temps).



Ce visage se dessine dans l'ordre suivant.
  1. Les sourcils : へ + へ
  2. Les yeux : の + の
  3. Le nez : 
  4. La bouche : 
  5. Le contour : 

On en retrouve sur les boites à bento mais certains japonais se tentent aussi à les réaliser eux même en nori.


                                      


Il existe également d'autre combinaison : Hemehemekutsuji (へめへめくつじ), Heneheneshikoshi (へねへねしこし), Hemehemeshikoji (へめへめしこじ), Shinishinishinin (しにしにしにん), Kumekumehiroshi, Henohenomoheji, ...


Ces caractères sont des hiragana.

En japonais, il existe, en effet, 4 système d'écriture :

- les kanji : caractères dérivant des caractères chinois et assimilés à la langue japonaise. Lorsque les japonais ont adopté les kanji ils en ont modifiés la prononciation et parfois le sens.

- les hiragana : permettent d'écrire l'intégralité des sons existants de la langue japonaise.

- les katakana : s'utilisent pour écrire les mots provenant de langue étrangère (emprunts lexicaux).

- le romaji : ce mode d'écriture est très peu utilisé en langue japonaise et sert surtout à écrire à partir d'un clavier latin, ou à permettre l'écriture quand les caractères traditionnels ne sont pas disponible (adresse mail, site web,...). En fait, ce terme désigne l'écriture avec l'alphabet romain (idem que français).


dimanche 22 juillet 2012

Paul et Manon ou mes poupées japonaises.

J'vous présente Paul et Manon, prénoms donnés par mon fils à mes deux adorables kokeshi "made in Japan". Ces deux kokeshi m'accompagnent dans la préparation de tous mes bento vous l'aurez sans doute remarqué.


Le détail de leur tête :

Le détail de leur kimono :

Pour finir quelques pose en fonction de leur humeur :


J'les adore, j'les ai acheté lors d'un salon sur le scrapbooking et les loisirs créatifs. Les vendeurs étaient anglais mais passionnés de kokeshi, ils s'approvisionnent directement lors de leur voyage au Pays du Soleil Levant...
Sachant que j'aime les kokeshi, mes beaux-parents m'en avait également offert une qui trônait fièrement sur la bibliothèque, mais malheureusement la tornade (mon fils) est passé par là, et elle a fini en pièce sur le carrelage et pour l'instant j'n'ai pas encore trouvé comment recoller les morceaux...

Pour la petite histoire : les kokeshi dateraient de la fin de l'ère d'Edo c'est à dire au milieu du 19ème siècle et seraient originaire du nord-est du Japon (région de Tôhoku - cette région couvre le nord-est de l'île de Honshû, l'île principale du Japon). A l'origine leur fabrication est artisanale, les kokeshi sont fabriqué en bois (un cylindre pour le corps et une boule pour la tête) et sont ensuite peintes et décorées (le plus souvent de fleurs), puis recouvertes de laque.


Il en existe plusieurs centaines de types, chaque artisan dispose en effet de sa propre technique (de son matériel, des transmissions générationnelles, de l'essence de bois,...).


Selon la tradition japonaise, offrir une poupée Kokeshi à quelqu’un revient à lui déclarer son amour ou son amitié, mais cela n'a pas toujours été le cas : leur origine est incertaine et il existe plusieurs théorie à ce sujet :

- jouet pour enfant (hochet à tête humaine) surtout dans les campagnes.
- représentation symbolique à caractère sexuel ou religieux. La kokeshi serait un symbole de fertilité soit dans le but d'avoir une bonne récolte (invocation des divinités), soit le souhait d'avoir un enfant en bonne santé.
- il pourrait également s'agir d'une statuette qui contiendrait l'essence spirituelle des morts. En effet durant la période d'Edo la région du nord-est du Japon a connu des conditions de vie très rigoureuses (misère, disette, famine) poussant certaines femmes à pratiquer l'infanticide afin que leurs enfants ne meurent pas de faim. Ces kokeshi pourraient alors être la mémoire des enfants sacrifiés, une sorte de souvenir honorifique.
- enfin, la région de Tôhoku est connue pour ses onsen (sources d'eau chaude) et les kokeshi pourraient être un souvenir touristique destiné aux clients de ces onsen il est émis égalment l'hypothèse qu'il s’agissait d’un outil de massage.

Malheureusement, après renseignements pris auprès de ma prof de japonais, c'est bien la théorie de la mémoire de l'enfant disparu qui semble être la bonne. De KO, enfant et KESHIMASU, déchirer. Ces poupées protégeaient la mère des représailles des esprits.

Les japonais sont superstitieux, aussi les poupées ne doivent jamais être jetées mais emmenées au temple.


jeudi 19 juillet 2012

3 gagnantes et des bento magnifiques


Après 237 participations, 22 pays représentés, 5816 votes, le concours Bento&Co et terminé pour cette année et a désigné ces 3 grandes gagnantes.

Il s'agit de :
  • Première, Shirley, de Singapour avec 1292 votes (22%)
  • Deuxième, Syntia d’Allemagne, avec 1173 votes (20%)
  • Troisième, Miki, du Japon, avec 865 votes (15%)

Viennent ensuite ,

Aurélie de France, 667 votes
Marion de France, 547 votes
Lise-Marie de France, 479 votes
Gabi de France, 278 votes
Juliette de France, 223 votes
Maho de France, 170 votes
Tataya de Japan, 122 votes

Voici les 3 premières en photo :


1 - Shirley

10 - Syntia

8 - Miki




Comme le dit très justement Thomas de Bento&Co : "Ces 3 là méritent vraiment leur place !"

Vitaminés, pleins de couleurs et de pep's, ces bento sont magnifiques... J'les félicite parce que c'est vrai que leur bento font rêver, la barre était vraiment haute !



 


Une ptite récap, fort intéressante, qui nous montre, qu'il y a, quand même, eu 6,5% de participation masculine, et que la majorité des participants venaient de FRANCE ! Parmi les 10 meilleurs bento "au monde", 6 viennent de France... Félicitations !

Voilà, maintenant ne manque plus qu'à attendre le concours de l'année prochaine, parce qu’on compte bien qu'il y en ait un....

Allez entraînement intensif, on ne s'arrête pas, on continue, on respire, on bosse, on progresse, on respire...  !!! Allez allez allez !


Un grand merci à Bento&Co pour ces concours et surtout pour les cadeaux qu'ils mettent en jeux... Sans compter les gros lots que j'vous laisse découvrir sur leur site... 15% de réduction pour toute commande sur leur site pour tous les participants (remarquable !).

mercredi 18 juillet 2012

Pour sa fête...

Pour la fête de mon mari, comme il est tout seul à la maison, je lui ai préparé un .... Bento (n°13) !
Pour lui, qui aime la pêche, j'ai choisi la page 77 du livre délicieux BENTO et j'lui ai préparé le Bonhomme musubi.

A Hawaï un musubi est un casse-croûte à base de riz et de viande précuite vendue en boite (spam) entouré d'une feuille de nori... un peu l'onigiri japonais. A la fin du 19ème siècle, une grosse vague d'émigration en provenance du Japon est arrivée à Hawaï, ce qui explique probablement la naissance du Musubi.

                                                  




Dans mon bento, Bonhomme musubi (riz fourré à la viande) s'en va pêcher avec sa belle canne à pêche par une belle journée ensoleillée, mais le poisson rouge lui échappe... Pas grave il pourra, sans effort, se consoler de baies sauvage et de poissons grillés déjà préparés par sa ptite femme !



Pour comparaison voici, le bonhomme musubi du livre :


J'ai pas trouvé de spam mais j'ai trouvé ça... j'sais pas si c'est la même chose !
Le spam finalement ce n'est que de la viande de porc, eau, sel, fécule de pomme de terre modifiée et nitrite de sodium.

Voici le bento en détail :

Dans le 2ème compartiment : salade de pomme de terre sauce tartare, jambon fumé/boursin au poivre, dé de cantal, concombre, kiwi, carambole et quelques groseilles...

J'espère que c'était bon !

Pour finir j'ne résiste pas à l'envie de vous l'montrer emballé... Ben oui comme il ne ferme pas, mais que de toute façon mon cher et tendre le dégustera à la maison, j'l'ai emballé au mieux et direction le frigo



Ptit message perso : "Bonne fête à toi mon amoureux !"



mardi 17 juillet 2012

Ptit poussin éclora ou n'éclora pas ?

Comme m'l'a demandé Ankoly j'vous livre ma technique pour faire un oeuf qui éclot... Bon ok, c'coup-ci j'ai utilisé un oeuf de poule gros calibre (histoire que ce soit plus simple et plus rapide...), mais on peut aussi utiliser un oeuf de caille...

Tout d'abord, ça semble logique, faut faire cuire l'oeuf pour qu'il soit dur !
On l'met dans l'eau froide avec un peu de vinaigre... (c'est ma ptite astuce pour que si l'oeuf casse dans la casserole, le blanc se coagule et ne sorte pas trop de l'oeuf - j'ai entendu dire qu'on peut aussi mettre du sel mais j'ai jamais testé).


On fait bouillir, et quand ça bout on attend 10 minutes (4 minutes pour l'oeuf de caille)... On sort l'oeuf de l'eau. On peut laisser refroidir mais la coquille s'en va beaucoup mieux quand l'oeuf est encore chaud... (et le but est quand même d'avoir un joli oeuf).

Ensuite ben j'laisse refroidir, pas masochiste quand même, j'veux pas m'brûler les doigts...

Voici, l'instrument de torture qui me permet d'enlever une partie du blanc.


C'est l'même qui permet de faire ces ptits créneaux sur un melon ou un kiwi (histoire de faire une belle déco).
                                                    Melon-et-jambon-cru-idee-de-presentation-2-copie-1.jpg


J'l'ai eu en cadeau dans une foire, il y a bien longtemps !

Donc j'prends mon oeuf et j'fais le tour avec de couteau...
Ensuite j'enlève délicatement le chapeau, j'mets les yeux en place, et je replace le chapeau...



Finalement c'est tout simple.

Remarque : on doit pouvoir le faire avec un couteau normal en coupant tout doucement des ptits triangles mais ça doit être plus compliqué... surtout sur l'oeuf de caille !

samedi 14 juillet 2012

En souvenir de Pandi Panda

Comme prévu ce soir c'est vendredi et vendredi c'est bento...
Initialement prévu pour fêter la naissance du Panda de Ueno, ce bento N°12  lui rend finalement hommage.

Avant tout le dessin en noir et blanc....


La seule différence avec le bento final c'est qu'il n'y a pas d'edamame et j'ai rajouté les tomates... L'un oublié, l'autre rajouté (parce que j'avais envie de manger des tomates).


Concernant le porc aigre douce rien de plus facile...

J'ai acheté des côtes de porc que j'ai désossées et coupées en lamelles. J'ai mis les lamelles dans de la maïzena, puis dans l'oeuf, un peu de panelure et hop 5 minutes dans la friteuse à 180°C avant de les égoutter sur du papier absorbant. Pour la sauce : 3cs de sauce soja, 2cs de coulis de tomate, 1 cs de sucre, 2 cs de vinaigre, 15 cl de bouillon de poule qu'on met à bouillir, puis on rajoute 2 cc de maïzena préalablement diluée dans un peu d'eau, on fouette le temps que l'ébullition reprenne, on rajoute les 2 poivrons en lamelles, les 2 oignons nouveaux en lamelles, et la carotte en lamelle... 10 minutes sur feu moyen et le tour est joué.
On dépose le porc dans la cup et on  nappe avec la sauce...
On peut difficilement trouver plus simple !

Le panda n'est rien de plus qu'un onigiri, les brocolis ont marinés dans la sauce soja, les étoiles sont découpées à la main dans de la carottes, la barquette de fruits : kiwi et groseille. On voit mal le nid en omelette et pourtant j'avais bien réussi mon omelette toute fine puis découpé en lamelle... La prochaine fois j'prendrais quelques photos avant de poser le reste par dessus.

Le plus dur dans les bento c'est d'en réaliser deux exactement identiques mais je pense que le paris est réussi :

Quelques gros plans :


Et pour finir, spécial dédicace pour Aline et Jérôme qui ont offert, à mon fils, ce panda qui trône fièrement à côté du bento.


D'ailleurs le ptit loulou n'a pas été oublié, ce soir il a également eu son bento, rien à voir avec le panda mais bento quand même ! (haricots verts, saucisses cocktail, riz - le tout avec sauce soja).






vendredi 13 juillet 2012

Vous avez dit du pain panda ?



Kitch à mort mais j'nai pas pu résisté... Voilà la chanson que j'chantais en faisant mon pain... Sans doute pour ça qu'il est pas top !

Quand j'ai lu sur le net qu'il existe du pain panda (ICI), j'me suis dit "chouette" ça doit être rigolo et en plus ça ira sUUUUUper bien avec mon bento de vendredi...
Allez hop, je teste...
Internet c'est top mais des fois, le résultat ne ressemble pas aux images à vous de juger !


Alors avec un peu d'imagination, on voit le panda non ? Bon ok, j'avoue moi non plus j'l'ai pas vu tout de suite mais avec la photo suivante vous comprendrez mieux !


J'ai effectivement rencontré quelques difficultés :
- tout d'abord allez savoir pourquoi, la pâte à pain n'a pas gonflé alors que j'ai suivi à la lettre la recette (sauf que j'ai utilisé ma machine à pain pour le faire gonfler)
- le pain était minuscule au moment de le mettre dans le moule à cake
- il n'a pas cuit en 40 minutes comme indiqué mais en presque 1h30 (et encore il n'est pas tout à fait cuit comme il faudrait)

Bref, j'ai pas dit mon dernier mot, je retenterai à l'occasion mais avec une recette de pain différente.

Scoop ? Le pain est quand même bon, pas forcément très présentable mais il ira quand même à merveille avec le bento de ce soir !

Comme j'suis gentille je vous montre quand même à quoi ce pain panda aurait dû ressembler :



Mignon non ?

jeudi 12 juillet 2012

Une triste nouvelle !

Le bébé panda géant né le 5 juillet 2012 au zoo de Ueno, est mort mercredi à 8h30 (heure de Tokyo - mardi 23h30 chez nous)... Le bébé semble être décédé suite à une pneumonie provoquée par le fait que "Le lait bu par le bébé est passé dans son tube respiratoire ce matin, ce qui a entraîné la pneumonie. Nous sommes très déçus" a expliqué le directeur du zoo, Toshimitsu Doi.

La télévision publique NHK a interrompu ses programmes pour annoncer la nouvelle, les principales chaînes du pays ont relayé en boucle cette triste nouvelle, diffusant nombre de témoignages de Nippons chagrinés. Le Premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, a confié sa tristesse. "C'est très décevant. Nous étions tous très impatients de voir le petit grandir".

Ce nouveaux bébé, qui n'avait pas encore de nom, était le premier panda né de manière naturel au zoo de Tokyo. En 1988, un panda est également né, mais ce dernier est issu d'une insémination artificielle.


Filmés ici au mois de février 2012, Shinshin (la maman) et Riri (le papa) ont donné naissance le 5 juillet 2012 à un "magnifique" petit panda.


Voici une photo du nouveau-né.


Son futur nom a créé la polémique au Japon en raison de la provocation du gouverneur de Tokyo qui suggère de le nommer Sen Sen ou Kaku Kaku du nom des îles Senkaku que se disputent la Chine et le Japon.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Liu Weimin, avait tout de même salué l’évènement. "C'est une bonne nouvelle. Les pandas géants sont des messagers d'amitié. Nous espérons que les sentiments de chaque peuple envers l'autre et que les relations entre la Chine et le Japon pourront s'améliorer grâce à la naissance du petit", a-t-il déclaré à la presse à Pékin.

La légende des panda géants...
A l'origine le panda était blanc. Ils vivaient dans la forêt avec une jeune fille qui fut attaquée par un animal sauvage est mourus. Les panda furent très tristes et trempèrent leur mains dans les cendres de la jeunes fille en signe de deuil, ils se frottèrents les yeux pour essuyer leurs larmes, se bouchèrent les oreilles pour ne pas entendre les pleurs, et s'entourèrent les uns les autres dans leurs bras pour se consoler... La légende veut que ces taches de cendre soient restées sur leur fourrure.

Autre version :
Un bergère a sauvé des griffes d'un féroce léopard, un bébé panda, mais la bergère mourus. Le pelage des pandas devint bicolore à la suite des funérailles de cette bergère. Les pandas prirent le deuil et, au cours de la cérémonie,les larmes versées firent déteindre le noir des vêtements sur leur fourrure blanche, créant ainsi des tâches indélébiles.

En son souvenir, j'ai décidé que le bento de ce vendredi lui serait dédié...



mardi 10 juillet 2012

J'ai pas gagné !!!

Après beaucoup beaucoup d'attente, le résultat vient de tomber j'fais pas partie des 10 finalistes...
J'suis déçue mais je m'en remettrais... Allez hop hop hop, j'bosse pour m'améliorer et retenterai ma chance l'année prochaine !

Allez j'suis pas vache, j'vous mets la photo, publiée par Bento&Co sur facebook, avec les bento des 10 meilleurs :
J'vous donne aussi mon trio de tête : le 10ème, le 3ème et le 9ème... J'les avais déjà repéré lors de la diffusion des photos des 237 participants sur Facebook... (les 237 participants), allez rincez vous l'oeil ou plutôt les deux !

Maintenant, ben faut voter pour eux : J'vous explique vite fait l'truc : Bento&Co les 10 finalistes
Cliquez ICI et votez pour votre préféré...
Et piiiiiiiiiis j'vous remets un peu du mien avec quelques recettes :

Le poulet à la japonaise :

4 filets de poulet , 4cs sauce soja, 4cs vinaigre de riz, 2cs huile de sésame, 2cs sucre, 1 morceau de gingembre frais râpé, 1 blanc de poireau en très petit dés, quelques graines de sésame doré, ½ gousse d’ail pressé, quelques feuilles de laitue.

Faire mariner au frigo 24 heures les escalopes en cube avec la sauce soja, le vinaigre, l'huile, le sucre, le gingembre, l'ail, le sésame et recouvrir avec le poireaux.
Égoutter les cubes, puis les cuire à l’huile sésame, à feu doux en les laissant bien caraméliser.
Les servir sur une chiffonnade de laitue en arrosant avec un peu de marinade.

Les ebi fry :

Cooking with dog... Le chien s'appelle Francis, les vidéos sont super rigolotes et les recettes faciles à suivre... Avis aux amateurs !



J'mets les ingrédients et j'vous laisse regarder la vidéo qui parle d'elle-même.
Pour 2 personnes :
6 grosses crevettes congelées, 1 pincée de sel, 1 cs de fécule de pomme de terre, de l'eau
Pour la panelure : 1 oeuf, ⅔ cs d'eau, 2 cs de farine, 80g de panko (panelure japonaise)
Pour la sauce "tartare" : 1 oeuf cuit dur, 2 cs d'oignon émincé, 2 cs de persil haché, 1 cornichon émincé, 2 cs de mayonnaise, 1/2 cc de sel, 1cs de jus de citron

Les onigiri :

Perso j'ai pas trouvé ça très bon, le riz au lait au mascarpone alors pas de recette, juste les images pour savoir comment faire un onigiri sans moule.
1 - on pose à plat un tas de riz sur du film étirable
2 - on pose la garniture au milieu, ici pâte de haricot rouge
3 - on ferme le film délicatement pour former une boule, qu'on serre fort
4 - on ouvre le film et on le repli en moitié pour aplatir le riz et lui donner sa forme de triangle en pressant avec les mains.

Mon bento pas à pas :